Analyser les tâches de l’utilisateur (User and Task Analysis)

Le premier principe de la rédaction minimaliste est de « choisir une approche orientée tâche« 

Mais alors, comment se focaliser uniquement sur les tâches et les actions de l’utilisateur ?  Où les trouver, ces tâches-actions ?


En effet, le minimalisme nous demande de « respecter l’activité de l’utilisateur ».


Mais comment analyser les tâches de l’utilisateur ?



Dans leur manuel User and Task Analysis for Interface DesignJoAnn Hackos  et Janice Redish nous guident pas à pas dans notre quête des activités de l’utilisateur, 
sachant que nous, rédacteurs, n’avons pas vocation à obliger l’utilisateur à 
suivre nos indications. 

L’essentiel est d’établir un lien étroit entre les concepteurs du produit (dans le cas présent, les rédacteurs) et les utilisateurs.




On définit l’analyse des tâches comme les processus d‘interaction entre les concepteurs et les utilisateurs.

  • Pour les rédacteurs, il s’agit de se familiariser avec l’ensemble des actions des utilisateurs de base en les OBSERVANT pendant le déroulement de leurs activités.


Il n’est pas question ici d’interroger un groupe d’utilisateurs, en dehors de leur contexte, ni de se contenter d’interroger les managers (qui  eux n’ont qu’une vague idée des tâches quotidiennes des utilisateurs).


D’ailleurs, très souvent, l’utilisateur n’a pas vraiment eu l’occasion de prendre du recul et s’interroger sur les actions qu’il accomplit.
.

Il faut donc OBSERVER les utilisateurs dans leur contexte et repérer :

  • quels sont les buts de l’utilisateur (terminer aujourd’hui, à 17 heures, les feuilles de paie de l’ensemble du personnel)
  • quelles sont les tâches que l’utilisateur va exécuter pour atteindre son but (compléter un fichier Excel, se connecter au logiciel de paie ou sortir papier, crayon et calculette ?)
  • quelles sont les caractéristiques professionnelles et culturelles de l’utilisateur (son âge, son expérience, son ancienneté dans l’entreprise…)
  • quel est son environnement physique (bureau paysager bruyant, bureau sombre au fond du couloir, etc.)
  • quelle est l’influence de ses expériences professionnelles précédentes (facon de penser et d’aborder le travail, réminiscences…)
  • quelles sont les attentes de l’utilisateur  vis-à-vis du nouvel outil (encore quelque chose de nouveau, encore quelque chose à apprendre, le système actuel est très bon, pourquoi changer, ou alors : enfin un logiciel performant !) ?


En observant et écoutant, le rédacteur peut faire la liste des tâches que l’utilisateur doit accomplir et comprendre ses contraintes.

C’est déjà le bon début pour un manuel minimaliste et utile !

Laisser un commentaire ?

Anti-spam *

ERIKSON
GSX
COHERIS
SCHLUM
EFFICIENT
OPTIS
INTERSEC
NMJ
TALEND
LYRA
HILL
HORIBA
ERIKSON
GSX
COHERIS
SCHLUM
EFFICIENT
OPTIS
INTERSEC
NMJ
TALEND
LYRA
HILL
HORIBA

logo-bleu

Établissement de formation à la documentation technique

Formatrice : Marie-Louise Flacke

Graduate of the American
University of Paris
Tel. 06 03 20 50 10

… mais que signifie Awel-A-Ben ?

Contact

BLOG

blog-icon

 

PRESS

press-icon